Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Editorial

L’Armistice

jeudi 31 janvier 2019, par Patrick Desingly


Version imprimable de cet article Version imprimable    Version PDF


L’Armistice que nous venons de célébrer, événement historique, 100 ans après la fin de la guerre 14-18, atteste à juste titre la pérennité du souvenir. Souvenir d’une guerre meurtrière qui a, en 52 mois, coûté à la France plus de 1 300 000 morts, près de 4 000 000 de blessés, 500 000 prisonniers ou disparus. Souvenir du sacrifice de soldats fauchés en pleine jeunesse que nous ne pouvons oublier. Autour de nous, le nombre de cimetières militaires nous le rappelle quotidiennement.
Le chef de l’état a rendu un brillant hommage à tous les combattants de ce premier conflit mondial. Certes, l’Argonne a été oubliée dans son périple, et pourtant…
A cette occasion, 70 chefs d’état ou de gouvernement ont participé à cette commémoration sous l’arc de triomphe. Le nouvel ordre mondial était présent dans un semblant d’unité. Mais c’est dans nos villages, devant chaque monument aux morts, constructions des années de l’après-guerre, que la nation s’est recueillie, humblement mais sincèrement car chaque famille a été touchée de près ou de loin par cette tragédie.
Après ce centenaire, quel sens sera donné aux commémorations ? La guerre 14-18 rejoindra-t-elle celle de 1870 ? Le tourisme mémoriel aura-t-il toujours sa place ? Massiges, Vauquois, La Haute Chevauchée, La Gruerie, La Vallée Moreau et bien d’autres hauts lieux devenus touristiques de par leur histoire, conserveront-t-ils toujours leur intérêt, leur rôle pédagogique ? Car le voile de l’oubli recouvre facilement les choses. Les modes changent, nous ne le souhaitons pas dans ce domaine. Notre génération a le devoir de perpétuer et de se souvenir, c’est si facile d’oublier !
Pour ma part, je pense que la guerre ne résout rien, le vaincu rêvant toujours d’une revanche. Chaque guerre en entraînant une autre et créant ainsi un cycle infernal. Le vrai progrès est celui qui améliore le sort des êtres humains en non celui qui sème la mort. Choisissons-nous toujours la guerre, la violence, la mort parce que nous ne savons pas oublier nos querelles ?
A Verdun, ville de la Paix, les 24-25 et 26 août derniers, a été organisé un rassemblement international. 18 pays ont participé à ce gigantesque bivouac. 1000 reconstituteurs allemands, autrichiens, australiens, belges, écossais, français, espagnols, hollandais, hongrois, américains, japonais, polonais, suisses, russes, roumains, lettons, ukrainiens étaient présents.
Cette manifestation d’histoire vivante à caractère pédagogique et mémorielle avait un double intérêt dans le cadre de ce centenaire : rendre hommage à tous les combattants et conforter le caractère pacifique de Verdun. A ce titre, aucune reconstitution de combat et de bataille n’a eu lieu. La ville de Verdun porte bien désormais son nom de VILLE DE LA PAIX.
Patrick Desingly, Président.

Répondre à cet article

Sainte-Ménehould et ses voisins d'Argonne
Association déclarée le 06 février 1998
Siége social : Hôtel de ville
B.P. 97- 51801 Sainte-Ménehould