Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

Tous « les pots au feu »… ou la Sainte Barbe sans les femmes

dimanche 16 septembre 2018, par John Jussy


Enregistrer au format PDF :Version Pdf


Version imprimable de cet article Version imprimable **



C’était dans les années 80, quand le banquet de la Sainte Barbe se déroulait entre hommes. Ce jour-là, au restaurant Saint Nicolas, un plaisantin avait écrit sur une grande ardoise accrochée derrière le sous-préfet :

Au banquet
Des potes
Tous les potirons
Et s’il y a le feu
Tous les pot au feu
.


Sur la pancarte, il avait fallu essuyer le « s » de pot au feu pour que la liaison puisse se faire dans ce jeu de mots.

Quant à l’absence des femmes, François Goulet, qui deviendra chef de corps se souvient : « Les femmes ne participaient pas au banquet… c’était la tradition… mais c’était là une des dernières fois car après j’ai réussi à convaincre le chef de corps René Poincelet de les inviter au banquet de la Sainte Barbe… »



Le banquet annuel se déroulait dans les différents restaurants de la ville, à tour de rôle, mais, avec l’arrivée des femmes, il a fallu abandonner la formule restaurant et se rendre dans les salles des fêtes.
Notons aussi qu’à cette époque il n’y avait pas de femmes chez les pompiers, sinon les femmes seraient-elles venues au banquet sans leur mari ?
Pour la petite histoire notons qu’un pompier avait dit que si sa femme venait au banquet, lui ne viendrait plus ; les femmes ont été acceptées, le pompier a tenu parole et n’a jamais plus participé à une Sainte Barbe !

On pourra aussi remarquer que le sous-préfet tient sa pipe à la main ; à cette époque on ne parlait pas encore d’interdiction de fumer !
Sur la photo, Jean-Louis Méry (ancien membre de l’équipe du Petit Journal) assistait au banquet en tant qu’adjoint au maire ; à cette époque le service incendie était communal avant de devenir par la suite départemental.
Le sous-préfet Berthélémy, présent sur la photo, s’est tué par la suite dans un accident de voiture.

Répondre à cet article


-Nombre de fois où cet article a été vu -
- -