Connaissance du Patrimoine Culturel Local
Le Petit Journal
de Sainte-Ménehould
et ses voisins d'Argonne
Edition régulière d'un bulletin traitant de l'histoire, des coutumes et de l'actualité.

LE MUSEE-BIBLIOTHEQUE DE SAINTE-MENEHOULD : UN PROJET AU CŒUR DU PATRIMOINE

jeudi 25 mai 2006, par Sylvain Druet


Enregistrer au format PDF :Version Pdf


Version imprimable de cet article Version imprimable **




La recherche est un point d’appui transversal à la vie du musée et de la bibliothèque. La recherche scientifique pourra prendre deux aspects dans la nouvelle structure : la mise à disposition pour des chercheurs extérieurs d’outils de recherche relatifs à la thématique et aux collections du musée et également effectuer et publier des recherches sur ces mêmes sujets. Tout en adaptant ses activités à sa taille et à ses moyens, la bibliothèque rassemblant des ouvrages relatifs aux thématiques du musée, où le fonds ancien sera consultable, couplé avec le musée, « centre de documentation » sur ses objets mais également sur des pièces de comparaison (photos, reproductions…) sera susceptible d’intéresser les chercheurs et de les éclairer sur les collections du musée.

Cet accueil au chercheur est matérialisé dans l’espace par la salle de travail et la salle « polyvalente » prévues au rez-de-chaussée du bâtiment ancien. La première salle regroupera une partie du fonds ancien accessible aux chercheurs et la seconde sera aménagée pour recevoir des conférences, projections, de petites expositions ou accueillir les associations à caractère culturel.
Si les fonctions du musée, précédemment évoquées, ne sont pas toujours perceptibles au public malgré leur importance, la dernière plus largement médiatisée, apparaît comme la vitrine d’un musée ou d’une bibliothèque : la fonction de présentation et d’animation.

Le musée, acteur culturel

La classification Brunet : interrelation entre les deux fonds

Le patrimoine du Musée sera organisé, agencé, de manière à le rendre accessible, tout en appréciant physiquement les espaces restaurés. Afin de donner une cohésion d’ensemble à la muséographie et proposer un parcours cohérent, la présentation sera structurée autour de la classification Brunet, dite classification des libraires. Ce choix traduit la volonté de développer les interactions entre les deux structures, musée et bibliothèque : valoriser le musée avec des correspondances du fonds ancien. Les salles du premier étage se développeront autour de cinq classes dans lesquelles se répartiront les collections : Belles-Lettres , Histoire, Sciences et Art, Jurisprudence et Théologie.
Dans la salle consacrée à littérature pourront être agencés le secrétaire de H. Wirtz du XVIIIe, des œuvres littéraires, en mettant l’accent sur des auteurs qui ne nous sont pas inconnus, notamment pour avoir évoqué la région : Victor Hugo, Alexandre Dumas, Aldebert de Chamisso, André Theuriet, accompagnés des fenêtres et du mobilier de l’ancien Hôtel de Metz, évoqué par Victor Hugo. Et pourquoi ne pas mettre en lumière également Buirette faisant la transition avec l’histoire.
Dans une autre salle consacrée à l’histoire, à côté d’ouvrages sélectionnés, pourront être mis en valeur le « Vœu de Louis XIII », des gravures de Sainte-Ménehould, la pierre de fondation de la maison de Jean Boileau, datant de la reconstruction après l’incendie, le sceau de l’Hôpital de Sainte-Ménehould, les bannières (« Drapeau de la royauté » aux trois fleurs de lys, « Ville de Sainte-Ménehould – Vive l’empereur ») prolongés par des évocations plus récentes (cuirasse de cavalerie française, modèle de 1825), guerre 1914-1918 (coussin commémoratif avec les croix de guerre de 1914-1918 et 1939-1945, militaria), entre autres.
Dans la salle d’Art sacré, des ouvrages de théologie, ou « le psaultier de Sainte- manehildis » accompagneront les tableaux et statues religieuses déjà évoqués, auxquels il faut rajouter celles de la « Vierge à l’enfant » (Pierre – XIVe siècle), « St Joseph » (Bois – XVIIe) sans oublier les statues issues de fouilles archéologiques de 1986 autour de l’église du Château.
Dans la salle des Sciences et Art, les volumes de la Paléontologie française, parmi d’autres ouvrages scientifiques, trouveront logiquement leur place auprès du baromètre XVIIIe de l’hôpital, des collections de sciences naturelles ou de nombreuses pièces similaires, qui en d’autres lieux ont pu parfois égayer les cabinets de curiosités. Signalons les étonnants campaniles ou rostre de requin-scie.
Afin de rendre compréhensible ce parcours structuré et de répondre aux attentes et comportements différents, plusieurs niveaux de lecture pourront être proposés. C’est à cet effet que, lors de la constitution du comité scientifique, ont été intégrés des enseignants, afin de travailler sur l’ouverture aux scolaires, en y incluant les enfants des écoles maternelles et élémentaires.
Par la scénographie, un éclairage approprié, le choix des textes et cartels, le public pourra apprécier les objets présentés et les espaces restaurés dans leur intégrité XVIIIe. Il pourra découvrir pour la première fois la « Vierge à l’enfant » de Sainte-Ménehould datée de 1666. Un cartel, par exemple, l’aidera à se replonger dans la maison de Jean Mathieu où la « salle », du nom de l’inventaire, était agrémentée de tapisseries d’Auvergne, de 12 fauteuils, de 6 tabourets et d’un paravent, le tout garni de tapisserie, de deux tables de bois, d’un miroir à cadre doré, de rideaux d’indiennes. Cette salle, après les aménagements de 1837, correspond à une partie de l’actuel couloir donnant sur le jardin, de la réserve du fonds ancien et de la salle des trophées.

Répondre à cet article


-Nombre de fois où cet article a été vu -
- -